FreeSkill : certifier les savoir-faire par references

Paris, France
Paris, France
  • Inclusion et emploi
  • 592 Views

  • 226 Readers

  • 1 Follower

FreeSkill : certifier les savoir-faire par references

  • 592
  • 226
  • 1
  • Inclusion et emploi
France
Project launched by :

FreeSkill : certifier les savoir-faire par references

Un tiers de confiance collaboratif, en coopérative, pour valoriser et certifier les données professionnelles de chacun d'entre nous, afin de réduire les temps de transition dans ce monde précaire.


La précarité augmente pour tous. Il faut donc réduire les temps de transition pour les sans-emplois, comme pour les employeurs.

A l’heure où le marché de l’emploi oblige à plus d’adaptabilité et des changements fréquents d’entreprises, il devient essentiel de valoriser rapidement ses compétences et son mérite, en rassemblant les avis de nos anciens collaborateurs et clients.

Toutefois, sur le 1er réseau professionnel au monde, Linkedin, n’importe qui peut recommander nos compétences, sans avoir jamais travaillé avec nous : cette « valorisation » n’assure donc aucune fiabilité.

Or cette fiabilité manque, car avec ces changements de postes de plus en plus fréquents, nous avons besoin de certifier nos compétences, même en cas d’accident de la vie…

Et nous devons le faire tout en conservant la maitrise de notre image.

  • Chacun devrait pouvoir être le seul à décider de la nature et de l’endroit où se trouvent ses données professionnelles,
  • Nos compétences devraient être garanties par nos expériences et nos collaborateurs au moins autant que des diplômes,
  • Il devrait être possible de certifier que les personnes qui donnent un avis sur nous ont bien travaillé avec nous,
  • Chacun devrait pouvoir choisir avec qui partager les avis sur son parcours.

L’objectif est de permettre à chaque personne de reprendre le contrôle de ses données professionnelle et de sa crédibilité sur le marché de l’emploi, en authentifiant les avis de ses anciens collaborateurs.

Ainsi, chacun pourrait être reconnu pour ses compétence avérées, pour être recruté plus rapidement et avec plus de confiance, y compris par des entreprises qui n’ont pas les moyens d’avoir un service de ressources humaines.

Quel est le concept de votre projet ?

Qui sommes nous ?

FreeSkill est un tiers de confiance constitué en partie en SAS (pour financer la R&D) mais dont la société d'exploitation sera une SCIC (Société Coopérative d'Intéret Collectif) détenue par ses utilisateurs, et par les services publics qui voudraient y participer.

Que faisons nous ?

L'objectif de l'entreprise est donc de proposer un organe d'intermédiation pour l'emploi, qui autorise une portabilité RGPD des données professionnelles, et qui protège le collaborateur lorsqu'il quitte un emploi, en lui redonnant l'usufruit de ses données, et en garantissant que ces données ne sont pas corrompues, en provenance des entreprises qui l'ont encadrées.

Ainsi, au lieu, comme sur linkedin, de pouvoir être évalué par n'importe qui, les profils de compétence seront évalués par les clients internes et externes et les pairs avec qui la personne a réellement travaillé. En effet, les entreprises (et les marketplace de freelances) gèrent déjà les évaluations de leurs collaborateurs.

Notre travail consiste à : 

  • collecter les profils de compétence et d'évaluation des collaborateurs en entreprise ou dans des missions, dans le cadre de la portabilité RGPD de leurs données;
  • nous établir en tiers de confiance pour garantir la confidentialité des données de références, et que seules les données pertinentes sur les compétences concernant le collaborateur seront fournies, avec pour seul intérêt ceux de nos utilisateurs
  • garantir par un réseau de tiers certifiants la pertinence, la réalité des missions, et l'identité des évaluateurs.
  • Stocker ces éléments sur la blockchain avec un système permettant de garantir les autres conditions du RGPD (droit à l'oubli, publication sélective...)
  • cadrer la qualité des évaluations pour en garantir l'homogénéité
  • valoriser le marketing personnel des historiques professionnels de chacun.

Certifier, mais comment ?

Notre objectif est de développer un réseau de tiers certifiants qui collectent en contexte les données d'évaluation de compétences de leurs collaborateurs : 

1) Ecoles et universités, au travers des professeurs, des compétences développées dans les cours, et des projets étudiants

2) Entreprises qui prennent des stagiaires, des alternants ou des apprentis,

3) entreprises qui prennent des juniors entreprises

4) entreprises qui évaluent leurs collaborateurs sur des cartographies de compétences, dont les évaluateurs peuvent être les pairs dans les équipes, les clients internes, ou les managers,

5) consultants évalués par leurs clients au sein de structures encadrantes (société de conseil, marketplaces de freelance, apporteurs d'affaire, etc)

6)...

Ce réseua de tiers certifant peut identifier en interne les personnes qui travaillent ensemble et encadrer les évaluations, leurs modalités et surtout les faire en contexte. Ces tiers certifiants, faisant partie du réseau FreeSkill, libèrent les données de leurs collaborateurs selon des conditions définies avec FreeSkill pour garantir la confidentialité de leurs travaux, tout en permettant à chaque collaborateur d'avoir un tiers qui atteste de la réalité de leurs compétences.

Quels intérêts pour qui ?

Pour les collaborateurs, l'intérêt est d'avoir un intermédiaire qui se porte garant des expériences et des feedbacks qui ont été faits sur lui, afin de pouvoir être référencé, identifié, et préqualifié très rapidement.

Pour les employeurs, ceux qui participeront au réseau de tiers certifiants auront incidemment acces à des viviers de compétences préqualifiées, sur lesquels d'autres services pourront être valorisés.

Les sans emplois pourront être proposés pour des actions de formation en situation de travail, c'est à dire qu'on pourra identifier des 'mentors' par compétence, qui pourront accompagner et encadrer des personnes ayant des difficultés. 

Les sans-emplois désocialisés, du fait d'un accident de la vie ou de difficultés qui lui sont propres, qui auraient des difficultés à réintégrer le marché de l'emploi, pourraient se voir confier de petites missions courtes, sous la forme d'apprentissages qui lui permettraient progressivement de reconstruire un historique de crédibilité lui permettant d'accéder à des missions plus longues.

Pourquoi a-t-on besoin d'un acteur économique de tiers de confiance ?

Les fournisseurs de solution et les consultants cherchent à vendre à de grands comptes.

Pole emploi n'a pas vocation à s'internationaliser, alors qu'un tel acteur n'aura de sens que s'il est le seul sur le marché. Quel intérêt de faire un nouveau viadeo dans un pays de 60 millions de personnes si c'est dans 4 ans pour être écrasé par un acteur américain nourrit avec 400 millions de personnes ? La masse critique et l'agilité sont essentiels à la crédibilité et l'utilité d'un tel acteur, et tel n'est pas la vocation d'un acteur public franco francais.

Toutefois référencer chaque actif avec un historique de compétences certifiées permettrait de rendre plus fliude les emplois et nous pensons compléter les organes publics.

La où linkedin reprend le paradigme du CV en le numérisant, il s'agit de construire un acteur majeur francais :

  • orienté sur l'emploi et l'entraide,
  • qui offrirait des profils de compétence contextualisés plutot que  des CV inertes
  • porteur des valeurs de solidarité francaises,
  • qui ajouterait une dimension de certification par un réseau de tiers certifiants
  • Qui deviendrait la blockchain de l'emploi.

Quels enjeux technologiques ?

Les enjeux technologiques peuvent être résolus en collaboration avec les acteurs qui doivent respecter la portabilité RGPD des données :

  • les entreprises qui détiennent des référentiels de compétence,
  • les autres start-ups RH du marché, qui déploient des solutions de cartographie de compétence RH dans les entreprises,
  • les marketplaces de freelance 
  • les université

Pourquoi une coopérative ?

Nous pensons que ce tiers de confiance doit être une coopérative car les données des êtres humains ne doivent pas être monneyés pour des profits privés. Avant tout, cela doit être un système fait pour les usagers, pour chacun d'entre nous, en tant qu'actionnaires susceptible d'influer sur sa gouvernance et son devenir. 

 

 

 

Localisation de votre projet

75008
You have to login to view the list of contributors
Project launched by :
  • Olivier LALLIER
  • Paris, France

Olivier LALLIER

Directeur Recherche et Développement Lab RH / Président Science Business Network

Paris, France

SASU Science Business Network, porteur temporaire en attendant spin off en SAS + SCIC

See More See less