Bien manger pour bien travailler

Gap, France
Gap, France
  • Alimentation et santé
  • 1435 Vues

  • 310 Lecteurs

  • 11 Abonnés

Bien manger pour bien travailler

  • Alimentation et santé
France
Projet lancé par :

Bien manger pour bien travailler

100 % de nos salariés en insertion sont en situation de précarité et s'alimentent mal. Le projet que nous présentons a pour objectif de leur apprendre à bien s'alimenter par l'expérimentation.


Dans le cadre de notre activité d'ATELIER CHANTIER D'INSERTION (ACI), nous employons des personnes en situation de précarité (40 personnes accompagnées en 2018, représentant 19 ETP). Nous travaillons sur plusieurs axes pour améliorer leur situation. Il s'agit d'une approche systémique prenant en compte dans le même temps, l'employabilité (savoir-être, savoir-faire), la mobilité, la sociabilisation, le logement, la situation financière, la santé....et aussi l'ALIMENTATION. Nous savons que l'alimentation a un impact important sur l'état de santé et dans nos métiers particulièrement physiques (port de charges lourdes notamment, travail à des températures basses l’hiver et élevées l’été.) bien se nourrir est essentiel.

Nous sensibilisons déjà régulièrement nos salariés à la question du "bien manger pour bien travailler" mais souhaiterions aller plus loin en les impliquant davantage et en les rendant acteurs de leur bien-être.

L'idée est d'aménager notre espace repas actuel pour en faire un labo permettant, d'y réaliser avec les salariés (un binôme + 1 encadrant) des préparations culinaires qui seraient ensuite livrées sur les chantiers ou emportées dès le matin si les chantiers sont éloignés (+ 5 km). Il ne s'agit pas de faire de nos salariés des cuisiniers mais simplement de leur apporter les connaissances de base en matière d'alimentation (exemples : à quoi servent les protéines, glucides, lipides, sels minéraux, vitamines ? où les trouve-t-on ? comment manger sain et pas cher ? comment associer les aliments, les conserver etc....).

Nous avons au sein de notre équipe d'encadrement une personne à temps plein (Eliza), chargée de l'accompagnement socio-professionnel des salariés en insertion. Bien qu'exerçant chez nous depuis 8 ans comme CIP (Conseillère Insertion Professionnelle) elle a une formation d'Ingénieure Agronome et est particulièrement sensible à la question de l'alimentation. Elle interviendrait dans ce projet comme pilote et encadrante. Sa proximité avec les salariés, ses aptitudes de pédagogue et son engagement sont de véritables atouts pour ce projet.

Quel est le concept de votre projet ?

L’association « LES ENVIRONNEURS » née en 1996 à Gap dans les Hautes-Alpes, a pour objectif l’insertion sociale et professionnelle de personnes éloignées de l’emploi. C’est en réalisant des chantiers d’aménagements  pour valoriser et protéger l’environnement ainsi que des travaux de constructions bois que la structure remplit ses objectifs d’insertion sociale et professionnelle. Elle propose ainsi par l’intermédiaire de contrats de travail, de relancer des personnes en grande difficulté, sur la voie de l’emploi et de la sociabilisation. Chaque chantier est supervisé par des encadrants techniques qualifiés et expérimentés dotés de compétences techniques et managériales. Notre action vise un double objectif : VALORISER L’HUMAIN et PRESERVER L’ENVIRONNEMENT et notre enjeu est de taille : nous devons à la fois satisfaire nos clients pour lesquels nous réalisons des prestations et faire progresser la situation de nos salariés en levant les différents freins à l’emploi qui pèsent sur eux.

0d2e5ff68ff90b756ce758fe0bc231ed.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=446718e5e9d687910598744389130483bd7507c9028b0ef7f6fb6bd6de4d6ec8.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=810221ee6aa6d9c788bc5f601f1830e5bd7507c9028b0ef7f6fb6bd6de4d6ec8.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=810221ee6aa6d9c788bc5f601f1830e5623f662fdb1204caa686f7261ec013af.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=06f9e798e5553b0adb93db893a02ae22

LES ENVIRONNEURS sont constitués d'une GOUVERNANCE bénévole et d'une EQUIPE OPERATIONNELLE salariée qui compte 10 permanents.  Ces 10 permanents encadrent au quotidien 26 salariés aux profils très divers et plus ou moins éloignés de l'emploi (hommes et  femmes, jeunes et vieux, français et étrangers, qualifiés et sans qualification, en bonne santé et en mauvaise santé etc...). Nos salariés permanents ont tous à cœur le même objectif : accompagner les salariés pour permettre leur progression dans un temps court (de 7 à 24 mois).

Comme tout ACI, nous sommes conventionnés par l'Etat et chaque année nous rendons compte de nos actions à  nos différents partenaires financiers et sociaux à l'occasion d'une réunion appelée "dialogue de gestion" ; sont alors analysés nos résultats en terme de SORTIES : tous les dossiers des salariés sortis de la structure dans l'année écoulée sont passés au crible et pour chacun d'entre eux un rapport détaillé des différentes actions menées est présenté.

Plusieurs indicateurs sont pris en compte :

  • 1/les moyens mis en œuvre,
  • 2/le nombre d'encadrants rapporté au nombre de salariés accompagnés
  • 3/la situation du salarié à l'entrée dans la structure.

La compilation de ces indicateurs donne lieu à un TAUX DE SORTIES DYNAMIQUES qui est en quelque sorte notre baromètre. En 2018, notre taux de sorties dynamiques  validé par les services de l'Etat est de  71 % (ce taux est supérieur à celui qui nous avait été fixé en début d'année à savoir 60%) ce dont nous nous félicitons.

    e9630d871bb1b569c899d9ea0b728cc6.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=c456f3072cd3a84d779adb66c1950958

Les perspectives de financement de structures telles que la nôtre sont en constante évolution et nous devons, au-delà de notre engagement, faire preuve de CREATIVITE pour continuer de mener à bien nos missions en lesquelles nous croyons fermement. Notre santé financière est fragile mais pas notre détermination. Bien que le Conseil Régional PACA ait décidé en 2018 de ne plus soutenir les ACI (une perte nette de 64 k€ sur 2 ans pour nous), bien que la réforme de la formation professionnelle entraîne une diminution importante de la prise en charge des formations par les OPCA, nous nous ADAPTONS (deuxième qualité après la créativité). Et pour palier la baisse de notre budget formation, nous choisissons de dispenser nous-mêmes des actions de formation visant à apporter connaissances et autonomie à nos salariés. Ces connaissances sont d'abord des compétences "métiers" qu’ils acquièrent en travaillant sur nos chantiers (bûcheronnage, constructions bois)  et au sein de notre service administratif  (bureautique, accueil, organisation).  Mais il s'agit aussi de leur apporter des connaissances plus générales et qui leur sont utiles à titre professionnel ET personnel. Ainsi, chez nous, tous les salariés sont  "Sauveteurs Secouristes du Travail", apprennent à utiliser un extincteur, savent quels sont les gestes et postures qu'ils doivent adopter pour préserver leur santé physique et celles de leurs collègues, sont sensibilisés aux risques de l'alcool et des addictions et bénéficient, le cas échéant, de cours de français dispensés par un bénévole.  A ces connaissances nous souhaitons en ajouter une autre qui nous paraît fondamentale : APPRENDRE par l’expérimentation A S'ALIMENTER DE MANIERE EQUILIBREE tout en gérant son budget. Pour ce faire, nous sensibilisons déjà les salariés, notamment sur les chantiers au moment du repas, à l'importance de prendre un repas équilibré, consistant et qui sera source d'énergie suffisante pour accomplir un travail physique. Force est de constater que des informations théoriques ne suffisent pas à faire changer les habitudes alimentaires c'est pourqoui nous voulons privilégier l'EXPERIMENTATION.

Nous voulons intégrer dans leur parcours d’insertion, un « passage en cuisine » : à tour de rôle chaque salarié sera amené à préparer des repas faciles à reproduire à la maison et peu onéreux, au sein d’une petite équipe dédiée (un encadrant technique et 1 à 2 salariés en parcours d’insertion).

Si possible, nous voulons que cette expérimentation comprenne les achats, de façon à ce que chacun sache élaborer une liste de courses, estimer le coût des aliments et donc  gérer son budget.

Nous communiquerons le coût de revient des repas ainsi cuisinés. Nous voulons privilégier les circuits courts :  un des chantiers d’insertion du département fait du maraichage et propose des paniers bio.

Ces plats seront ensuite pris sur site et/ou livrés pour midi sur les chantiers proches du siège (< 5 km).

Actuellement, nos locaux disposent d'un ESPACE REPAS équipé d'un point d'eau, d'un réfrigérateur, d’un micro-onde, de  tables et de bancs.

Le voici :

42076ce93a5569423ed0592458a90c8e.jpeg?auto=format%2Ccompression&ixlib=php-2.1.1&s=a08b44098a03de884a372efd63c86a2e

Pour mener à bien notre projet nous devons aménager cet espace en cuisine aux normes HACCP pourvue d’un point de cuisson.

 

Localisation de votre projet

5000
Il n'y a pas encore d'actualité publiée pour ce projet
Etes-vous sûr de vouloir supprimer cette article?

La suppression de la question entraine automatiquement la suppression de la réponse correspondante.

Vous devez être connecté pour voir la liste des contributeurs
Projet lancé par :
  • Angéla NUNES
  • N/A
  • Paris, France

Angéla NUNES

Paris, France

Association LES ENVIRONNEURS

Voir plus Voir moins