Réserver un interprète en 2 clics

Paris, France
Paris, France
  • Inclusion et emploi
  • 7753 Vues

  • 1042 Lecteurs

  • 83 Abonnés

Réserver un interprète en 2 clics

  • Inclusion et emploi
France
Projet lancé par :

Réserver un interprète en 2 clics

Utiliser les bienfaits du collaboratif tout en évitant les dérives de l’uberisation à outrance : meilleure accessibilité pour les sourds et conditions de travail respectées pour les interprètes


En France, on dénombre 200 000 personnes « signantes » pour qui la langue des signes française (LSF) occupe une place et une valeur primordiales, tant au niveau identitaire que dans l’accessibilité socioculturelle qu’elle rend possible.
 
Pour rendre leur inclusion possible, la France compte 400 interprètes français/LSF diplômés pour des besoins estimés à 3 000. En comparaison, la Norvège ou le Danemark en comptent eux aussi 400 pour des besoins dix fois inférieurs. C’est aussi le nombre d’interprètes pour la seule ville de New York !
En plus d'être en nombre insuffisant, les interprètes sont répartis de façon inégale sur le territoire avec une concentration sur les principales métropoles régionales. On considère que seuls 30% du territoire sont couverts.
 
Par conséquent, trouver un interprète français/LSF relève parfois de la prouesse, si bien que cette perspective n’est que peu envisagée par ceux qui devraient y avoir recours. Cependant, l'interprète représente un outil d'adaptation qui permet une communication autonome par le biais d'une traduction fidèle, neutre et soumise au secret professionnel.
 
Nous sommes convaincus que l'insertion socio-professionnelle des sourds pourrait être considérablement améliorée par le développement d’offres et de services à caractère national grâce au maillage des structures d'interprétation sur le territoire français.
Accroître l’utilisation de la LSF en automatisant le recours aux interprètes diplômés favoriserait l’inclusion des personnes sourdes et leur permettrait de contribuer davantage à la vie de la cité.
Une enquête réalisée auprès des membres adhérents de Trait d’union révèle que le nombre des demandes non pourvues (indisponibilité des interprètes) est très important. Cela représenterait 500 emplois, 96 départements couverts (au lieu des 30 actuels) en France métropolitaine et 25 millions d’euro de chiffre d’affaires. L’augmentation potentielle du nombre d’emplois dans cette profession est donc considérable. Ces chiffres sont à corréler avec la modification du marché. En effet, les grands comptes et les institutions ont des demandes atomisées par l’offre d’interprétation actuelle. L’embauche de personnes en situation de handicap, l’adaptation de poste et les moyens mis en place pour atteindre ces objectifs expriment de nouveaux besoins qui accompagnent l’évolution du marché.
Pour la première fois, une structure comme Trait d'union souhaite garantir à chacun, où qu'il se trouve sur le territoire français (métropolitain dans un premier temps, mais aussi dans les Outre-mer à terme), la possibilité de bénéficier des services d'interprètes français/LSF. Pour ce faire, nous lançons une application qui permettra de réserver en deux clics des interprètes.
Parallèlement, nous travaillons au maillage du territoire. A ce jour, Trait d’Union agrège un peu plus d’un tiers de la profession. Nous souhaitons accompagner les interprètes afin qu’ils s’implantent plus aisément. Le but est d’apporter du support administratif et financier, de la formation au besoin, des compléments d’activités, etc. Mailler le territoire, harmoniser les pratiques et surtout rendre équitable l’accès à un professionnel de qualité partout en France est l’un de nos défis. Notre logique est celle de l’essaimage de bonnes pratiques et la mise à disposition d’outils permettant à chacun de s’accomplir.
Ainsi, nous agissons à la fois sur l’inclusion des personnes sourdes et malentendantes, et sur l’emploi des interprètes français/LSF.

Quel est le concept de votre projet ?

Actuellement, l’offre de Trait d’Union s’adresse aux grands comptes grâce à des applications de réservation, de suivi et de gestion. Elle vient compléter les prestations locales conclues entre les agences et les entreprises des territoires. Notre outil permet d’effectuer, pour chaque client, une réservation en ligne, « en deux clics ». Il est adapté pour n'importe quelle région et n'importe quel type de prestations (réunions, formations, entretien, etc.).
Trait d'Union analyse la demande, prépare la commande, dépêche l'agence d'interprètes locale pour effectuer la mission, facture et assure le service après-vente.
 
Nous souhaitons aller plus loin, en généralisant cette application pour tous les usages : ceux des particuliers, des services publics, des professionnels. L’objectif est de faire une demande via l’application, fléchée vers le prestataire de service le plus proche, correspondant aux valeurs et aux exigences de la coopérative et des usagers. En créant un compte, le règlement est facilité et la facturation rapide. Que ce soit pour les individuels qui perçoivent la prestation de compensation du handicap (PCH), pour les entreprises qui sont accompagnées par l’AGEFIPH, les employeurs publics qui le sont par le FIPHFP ou pour toutes structures, une seule interface pour trouver le ou les interprètes appropriés. L’application génère aussi du suivi : nombre d’interventions, fréquence, zone géographique, statut de l’utilisateur, etc.
 
 
La démarche est la suivante : Trait d’Union centralise les demandes et fait intervenir les agences locales pour répondre aux commandes des clients. L’identité des agences locales, la connaissance du terrain est favorisée. Les emplois sont consolidés et les collaborations sont étendues par le biais de la coopérative qui facilite la réponse aux appels d’offre et des propositions de solutions globales.
 
Ce que propose Trait d’Union ainsi, c’est de faire en sorte que les moyens mis à disposition pour appliquer la loi de février 2005 soient optimisés. Il s’agit d’une application « recto verso » : d’un côté plus de facilité, de qualité et de rapidité pour les utilisateurs d’interprètes, de l’autre une consolidation de la profession avec des critères spécifiques pour rejoindre le centre de ressources constitué par la coopérative. A cet égard, notre projet est de sécuriser et de pérenniser l’activité de centaines d’interprètes diplômés.


En effet, l’emploi évolue : à ce jour, on dénombre 1 français sur 10 en situation d’emploi mais avec un statut de travailleur non salarié. C’est moins que dans l’ensemble de l’union européenne mais au regard de ce qui se passe à l’international pour les interprètes en langue des signes, Trait d’Union souhaite être un acteur pour impulser le modèle permettant le meilleur impact sociétal. Aujourd’hui, 1,1 million de travailleurs indépendants ont le statut d’auto-entrepreneurs (sur les 2,8 millions comptabilisés via une étude INSEE de 2017). Et 90% d’entre eux dégagent un revenu inférieur au Smic au bout de trois ans d’activité non salariée. Il est donc urgent de trouver des façons d’entreprendre qui donnent à ces professionnels les moyens de développer et conserver leur activité surtout après un parcours universitaire de ce niveau (Bac + 5).
L’objectif est donc de limiter l’isolement des interprètes en « solo » en développant des solutions collaboratives. En s’appuyant sur les réseaux existants (CAE en particulier) et en cherchant des solutions innovantes en matière sociale, favoriser le regroupement des interprètes indépendants installés sur des territoires peu ou mal desservis et leur fournir une activité récurrente leur permettant de consolider et pérenniser leurs emplois.
 
Trait d’Union propose donc un projet d’intérêt général :
-      un accès facilité à un outil de communication et d’autonomie pour les bénéficiaires sourds,
-      un centre de ressource pour des clients publics ou privés qui mettent en place de l’accessibilité,
-      un accompagnement à la création d’emploi pour les porteurs de projet, les jeunes interprètes ou les collègues s’implantant sur des territoires mal achalandés,
mais aussi :
-      une centrale d’achat pour des agences adhérentes souhaitant se développer, acquérir de nouveaux outils,
-      une synergie pour l’ensemble des têtes de réseaux du milieu de la surdité et en particulier celles faisant la promotion de la langue des signes.

Localisation de votre projet

75010
Il n'y a pas encore d'actualité publiée pour ce projet
Etes-vous sûr de vouloir supprimer cette article?

La suppression de la question entraine automatiquement la suppression de la réponse correspondante.

Vous devez être connecté pour voir la liste des contributeurs
Projet lancé par :
  • Fabienne JACQUY
  • Paris, France

Fabienne JACQUY

Paris, France

Trait d'union 

8 rue Taylor 

75010 PARIS

Voir plus Voir moins