SAME - Still A Meal

Bordeaux, France
Bordeaux, France
  • Inclusion et emploi
  • 1087 Vues

  • 287 Lecteurs

  • 10 Abonnés

SAME - Still A Meal

  • Inclusion et emploi
France
Projet lancé par :

SAME - Still A Meal

Le projet Same a pour mission de réinsérer des mères isolées d'enfants en bas-âge, en créant une structure collectant et revalorisant des invendus de fruits et légumes en chips (déshydratés).


SAME a pour mission de créer des emplois adaptés pour des mères isolées en difficulté, accompagnées au sein du Foyer Maternel des Douves à Bordeaux, grâce à une activité de collecte et de revalorisation des invendus de fruits et légumes en Gironde. Les fruits et légumes sont séchés via un process de déshydratation pour former des "chips lights" sans additifs. Les chips seront commercialisés dans des distributeurs automatiques, des épiceries, pour promouvoir un grignotage plus sain, notamment chez les plus  jeunes. Le projet vise ainsi un triple objectif : un objectif social ( réinsérer des mères isolées en difficulté) ; un objectif environnemental (réduire les pertes alimentaires) ; et un objectif sanitaire (promouvoir un grignotage plus sain).

Nous avons mené une enquête qualitative auprès d’un échantillon de 10 mères isolées accueillies au sein du Foyer Maternel des Douves. L’objectif de cette enquête était de confirmer l’existence réelle des besoins de nos bénéficiaires et d’apporter des éléments de compréhension à la principale problématique dont tente de répondre modestement le projet Same : La difficulté des mères isolées d’enfants en bas-âge (0-11 ans) à accéder à un emploi valorisant, adapté à leurs conditions et permettant de subvenir correctement aux besoins de leurs familles. Nous sommes arrivés à la conclusion que ce problème est lié à : la présence d’enfants en bas âge, une longue période de chômage, des contraintes de mobilité, la pénibilité du travail, la barrière de la langue (80% des mères isolées sont d’origine étrangère), ou encore à un besoin de temps pour se reconstruire psychologiquement, regagner de la confiance en soi et oser porter la responsabilité qu’incombe un emploi salarial. Un grand nombre d’entre elles bénéficie d’accompagnement à la réinsertion professionnelle. Cet accompagnement se trouve souvent décalé des choix, du parcours et des contraintes de la mère. L’offre sur le marché de l’emploi est limitée. Les mères isolées se trouvent obligées de prendre le travail proposé, dont les conditions sont rarement compatibles avec leurs contraintes. C'est généralement des cdd à temps partiels précaires. Plus elles restent au chômage, plus elles sont isolées, plus elles manquent de confiance en elles. Elles se sentent parfois jugées de cet état de fait qu’elles n’ont pas prévu, ni souhaité. Les enfants en sont les premières victimes. Ils subissent une précarité financière, matérielle, pouvant conduire à une exclusion sociale. 

Objectif environnemental : Réduire les pertes alimentaires

Selon l’ADEME, en France, 10 millions de tonnes de denrées alimentaires sont perdues ou jetées tout au long de la chaîne agro-alimentaire, soit une valeur commerciale théorique de 16 millions d’euros. L’impact carbone de ces pertes et gaspillages s’élève à 15,3 millions de tonnes équivalent CO2, soit 3% de l’ensemble des émissions de l’activité nationale. Les pertes et gaspillages sont observés à chaque étape de la chaîne alimentaire. La fragilité (flétrissement) et la périssabilité (pourrissement) des fruits et légumes expliquent leurs importants pertes et gaspillages.  

Objecif sanitaire : Promouvoir un grignotage plus sain chez les plus jeunes  

Les jeunes grignotent. Certains le font par habitude alimentaire, d’autres par faim. Le grignotage de produits riches en calories entraîne du surpoids et de l’obésité. Cela peut avoir une conséquence sur le psychisme des jeunes qui veulent pour la plupart être plus minces, se sentir bien dans leur peau et satisfaits de leur corps, selon un article de Consoglobe.

Quel est le concept de votre projet ?

Vision : 

Les mères isolées d’enfants en bas-âge (0 - 11 ans) accueillies dans les Foyers Maternels devraient avoir des emplois valorisants, leur permettant d’avoir un niveau de revenu suffisant à leur autonomie
 financière ; de gagner de la confiance en elles tout en alliant parfaitement vie professionnelle, vie familiale et vie de femme.

Solution proposée :

Créer des emplois adaptés pour les mères isolées du Foyer Maternel des Douves  à travers la création d’une structure collectant et revalorisant des invendus de fruits et légumes en chips dans le but de les commercialiser.

Pour adapter les conditions de travail, les mères isolées travailleront de 9h à 16h30 (en fonction des heures douvertures des écoles et des crèches) et auront une semaine de congés payés à chaque vacance scolaire (Toussaint, Noel, Hiver, Printemps) et 3 semaines aux vacances d’été, soit 8 semaines de congés au lieu des 5 semaines règlementaires. Chaque mère employée bénéficiera d’un Contrat à Durée Déterminée de 35 heures hebdomadaires sur 24 mois. Ce sont des conditions de travail souples et sécurisants. Ainsi, la mère pourra profiter de ces deux ans pour sortir du Foyer Maternel, avoir une certaine stabilité dans sa vie, gagner de la confiance en soi et sortir partiellement de l’isolement. Forte de ses deux ans d’expérience professionnelle, chaque mère sera ensuite accompagnée (en collaboration avec la MDSI ou des associations d'aide à la réinsertion professionnelle) pour trouver un emploi dans une autre structure, afin que d’autres mères isolées puissent bénéficier du projet. En meme temps, une culture d’entreprise basée sur la bienveillance, le respect, la valorisation de la personne sera imposée au sein de la future structure.  
Notre ambition en 5 ans de création est de salarier au minimum 3 mères isolées et impacter positivement la vie de 3 familles en leur permettant d'accéder à un revenu correcte; d'accéder à un logement autonome; sortir de l'isolement et créer du lien via le travail ; et pourquoi pas s'offir des vacances. 

Par rapport à la dimension environnementale du projet qui est de réduire les pertes alimentaires, chaque année, une tonne de fruits et légumes invendus sera collectée et revalorisée en chips pour réduire les impacts environnemental et économique des pertes alimentaires. Ils seront collectés auprès  de producteurs, de magasins bio, d’épiceries et de la grande distribution en Gironde.  En même temps, les déchets que produira notre structure (épluchures, parties des fruits et légumes non comestibles, pourries...) sont compostés. Ce compost sera redistribué à nos partenaires producteurs gratuitement.

Concernant la dimension sanitaire, Same va permettre aux jeunes de garder le plaisir de grignoter en proposant des chips de fruits et légumes sains, sans additifs, savoureux, riches en fibres, minéraux et vitamines. Les fruits et légumes sont proposés différemment et cela peut plaire aux enfants qui n'aimeraient pas les fruits et légumes frais. Nous avons organisé une journée de dégustation des chips de fruits et légumes dans le plus grand marché bordelais le 03/04/19, le marché des Capucins. Nous avons eu des retours positifs sur les produits, notamment sur les fruits.

Le grignotage sain est en vogue. Cette tendance reflète l'intérêt des consommateurs pour une alimentation plus saine et respectueuse de l’environnement. Selon une étude de France Agrimer, 28% des français consomment des fruits séchés , en particulier pendant la période hivernale. Les fruits séchés se consomment entre les repas (sur le pouce), au travail, dans la rue, chez les amis, etc. Par ailleurs, Same veut donner aux jeunes qui le souhaitent, la possibilité de consommer de manière plus responsable. Notre initiative leur permet d’être des acteurs de leur consommation, en dépassant le seul fait d’acheter et de consommer, mais de donner une dimension éthique et solidaire à ces actes. Une nouvelle démarche de consommation est en train d’être observée chez les consommateurs en France. Selon une étude de l'Agence Bio publiée en 2018, plus de 9 français sur 10 privilégient les produits respectueux de l’environnement et/ou des principesde développement durable dans leurs actes d’achat, soient 94%. Ce pourcentage était de 89% en 2015 et de 67% en 2007.

 

Localisation de votre projet

33800
Il n'y a pas encore d'actualité publiée pour ce projet
Etes-vous sûr de vouloir supprimer cette article?

La suppression de la question entraine automatiquement la suppression de la réponse correspondante.

Vous devez être connecté pour voir la liste des contributeurs
Projet lancé par :
  • Khady MBAYE
  • N/A
  • Paris, France

Khady MBAYE

Paris, France

UbeeLab 

Voir plus Voir moins